Le plus vieux cycle de vie par reproduction asexuée de macro organisme a été découvert dans le bassin d’Okondja, dans le Haut-Ogooué. Avec une existence de 2,2 milliards d’années, ce cycle de vie dénommé «Akouemma hemisphaeria» a été présenté par les professeurs Ambroise Edou Minko et Mathieu Moussavou, le 31 mars à Libreville.

Image du fossile Akouemma Hemisphaeria en forme allongée en duplication. © Akouemma Hemisphaeria

 

Amboise Edou Minko et Mathieu Moussavou. © Gabonreview

Grande découverte scientifique que celle d’Ambroise Edou Minko et Mathieu Moussavou. Les deux professeurs en géologie ont présenté le 31 mars à Libreville, le plus vieux cycle de vie par reproduction asexuée de macro organisme : «Akouemma hemisphaeria», cumulant 2,2 milliards d’années.

Selon les deux chercheurs, cette découverte marque un grand pas pour la communauté scientifique. Car elle «vient remettre en cause l’apparition de la vie multicellulaire à 600 millions d’années. Nous, nous repoussons le curseur à 2,2 milliards d’années, soit 1,5 plus tôt par rapport à ce que l’on connaissait jusqu’à maintenant», a déclaré Ambroise Edou Minko. «Ce fossile est doté d’un hémisphère supérieur et hémisphère inférieur avec un clapet médian. La particularité du fossile est qu’il peut grandir et se dupliquer. C’est la première fois au monde qu’on assiste à la duplication des microorganismes vieille de 2,2 milliards d’années».

Fruit de plusieurs années de recherches, la découverte d’«Akouemma Hemisphaeria» s’est faite dans les principaux bassins de Franceville, Okondja, Lastoursville et Booué, dans la province du Haut-Ogooué. Plus précisément dans la rivière Akou, à Okondja, à partir d’un prélèvement de plus de 500 spécimens dans des roches sédimentaires locales, non transformées par un métamorphisme.

Dans leurs recherches, Ambroise Edou Minko et Mathieu Moussavou ont bénéficié de l’expertise d’une équipe internationale de chercheurs japonais, français et suisses. À travers cette découverte, les deux scientifiques gabonais se sont interrogés sur le cycle de l’existence de la vie sur terre. Ils sont arrivés à l’hypothèse «qu’il se pourrait qu’il y ait eu deux cycles de vie sur terres». Une hypothèse qui devrait être le socle de leurs prochaines recherches.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga