Le Syndicat national des personnels de l’Agriculture (Synpa) a récemment déposé un préavis de grève, pour réclamer, entre autres, le retour de leur prime de rendement et le rétablissement du transport du personnel.

Biendi Maganga-Moussavou et Patricia Taye, sous la menace du Synpa. © D.R.

 

Moins d’un mois après son arrivée à la tête du ministère de l’Agriculture, Biendi MagangaMoussavou pourrait bientôt faire face à sa première grève. Du moins, s’il laisse courir la colère des agents affiliés au Syndicat national des personnels du ministère de l’Agriculture, qui réclament, entre autres, le retour du paiement de leur prime de rendement et le rétablissement du transport du personnel.

Dans le cahier des charges qu’ils avaient déposé sur la table du ministre précédent, les syndicalistes avaient eu gain de cause par rapport au point concernant leur transport. «Nous sommes un peu gênés de constater qu’après son départ, les bus qui sont normalement réservés au transports des agents de l’Etat, et qui est un outil de l’Etat, ne fonctionnent plus», a regretté, jeudi 8 mars, Christian Cyrlin Koumba Mba. Le président du Synpa et ses compagnons ne croient pas beaucoup à la raison qui leur a été donnée par la hiérarchie : l’absence de moyens financiers pour remettre en circulation les véhicules.

«Vous n’allez pas demander à un agent de faire du rendement quand il a des difficultés à se rendre à son lieu de travail», a prévenu le chef de file du Synpa selon lequel, cette revendication n’est pas la seule. Ils tiennent plus que jamais au retour de leur prime de rendement.

«Le chef de l’Etat avait pris une décision qui avait arrangé tous les agents (publics). Celle-ci stipulait qu’il n’y avait aucun fonctionnaire plus indispensable qu’un autre. C’est à cet effet qu’il s’était interrogé du fait que certains percevaient des indemnités et des primes supérieures aux autres. Mais nous sommes déçus de constater que certaines administrations continuent à percevoir des primes diverses, notamment les régies financières, l’Economie, le Budget et les Mines. Nous voulons savoir ce que ces administrations font contrairement à d’autres», s’est plaint Christian Guylain Koumba Mba.

Au Synpa, l’on préconise par ailleurs qu’à défaut du retour de la prime de rendement, il revient au président de la République de prendre la «décision courageuse d’annuler toutes les primes, pour se contenter uniquement du nouveau système de rémunération. Faute de quoi, nous entrerons en grève générale illimitée».