L’Institut gabonais d’appui au développement (Igad) s’est satisfait de son bilan 2017, caractérisé par 12 500 tonnes de produits cultivées pour un chiffre d’affaires de 4 milliards de francs CFA. Des chiffres découlant du Projet de développement et d’investissement agricole au Gabon (Prodiag), dont l’institut est le maitre d’œuvre.

© onmangelocal-gabon.org

 

L’heure est au bilan à l’Institut gabonais d’appui au développement (Igad), après un exercice 2017 globalement satisfaisant. 1022 exploitations agricoles créées sur 1094 escomptés, 12 500 tonnes de produits cultivées pour un chiffre d’affaires de 4 milliards de francs CFA. Tel est le bilan de l’Igad en 2017, porté en grande partie par le Projet de développement et d’investissement agricole au Gabon (Prodiag).

Le Prodiag vise à sécuriser l’approvisionnement en biens alimentaires des principaux centres urbains gabonais par la promotion d’une agriculture entrepreneuriale performante et respectueuse de l’environnement. «Au courant de l’année 2017 nous avons conduit le Prodiag, dont l’Igad est le maitre d’œuvre», a confié le directeur général de l’Igad sur Gabon 24.

Selon Sébastien Koumba, le projet bénéficie à ce jour de 851 exploitations vivrières, 140 exploitations maraichères, 39 exploitations d’élevage (poules pondeuses et de porcs) et 40 ateliers de transformation de manioc. «Nous sommes à la fin du programme et nous dirons que ces résultats sont assez satisfaisants», a souligné le directeur général de l’Igad.

Un Bilan satisfaisant certes, mais l’Igad a tout de même été confronté à un certain nombre de difficultés. Même si elles n’ont pas pesé lourd sur le bilan 2017. «Nous n’avons pas eu la possibilité de prendre en charge les salaires des agents. Et, aujourd’hui, nous assistons à la fermeture des représentations provinciales. Nous restons centrés sur l’Estuaire au détriment des exploitants. Car, ces exploitants n’ont pas bénéficié de suivi, comme nous l’avons fait par le passé», a déploré Sébastien Koumba.

Créé en juin 1992 à l’initiative de l’Etat Gabonais, Elf Gabon (aujourd’hui Total Gabon) Agrisud International, l’Igad vise trois objectifs principaux. Il s’agit du développement d’un tissu agricole périurbain de type privé sous forme d’agriculture sédentaire, intensive et protectrice de l’environnement ; l’approvisionnement des marchés urbains en produits frais locaux ; et, la recherche développement sur la valorisation des potentialités agricoles et paragricoles.