Le ministre gabonais en charge de l’Agriculture et le Représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont récemment eu une séance de travail à Libreville.

Biendi Maganga-Moussavou et Hélder Muteia, le 24 avril 2018, à Libreville. © FAO-Gabon

 

Dans le cadre du renforcement de la coopération entre la FAO et l’Etat gabonais, le ministre en charge de l’Agriculture, Biendi Maganga-Moussavou, et le Représentant de la FAO au Gabon, Hélder Muteia, ont eu une séance de travail le mardi 24 avril au siège de l’organisme onusien à Libreville.

Cette rencontre a permis aux deux partenaires, avec la participation de l’équipe multidisciplinaire de la FAO, de passer en revue le Cadre de programmation pays (CPP) 2017-2022, ainsi que les axes stratégiques devant orienter pendant les quatre prochaines années les interventions de la FAO au Gabon, notamment en faveur du développement de l’agriculture et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Aussi, Biendi Maganga-Moussavou et Hélder Muteia ont-ils tenu à faire le bilan des interventions en cours et échanger sur les stratégies de renforcement du partenariat entre les deux parties.

Scène de la séance de travail et photo de famille. © FAO-Gabon

Le ministre gabonais de l’Agriculture n’a pas manqué de décliner la stratégie et les ambitions du département dont il a la charge, particulièrement dans le domaine de l’agriculture. Il a également insisté sur la nécessité de mettre davantage l’accent sur la production des espèces végétales et animales, particulièrement la production du riz et celle de la volaille. Ces produits influencent fortement les habitudes alimentaires de la population gabonaise.

Pour sa part, le Représentant de la FAO, a relevé l’importance stratégique du CPP, et a annoncé la contribution de son organisme pour la mise en œuvre des projets de coopération Technique (TCP), pour un montant total de 450 000 dollars pour les deux prochaines années. Hélder Muteia a également réaffirmé l’engagement de la FAO à continuer de soutenir le Gabon dans ses efforts pour éradiquer la faim, la malnutrition et la pauvreté au niveau national. Les deux parties ont achevé leur séance de travail sur des perspectives de nouveaux partenariats à nouer.