Un atelier de planification et de suivi évaluation de politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNSAN) et des recommandations des assises sur la redynamisation de l’agriculture et du programme Graine s’est tenu ce 23 octobre à Libreville.

Des plans d’actions opérationnels essentiels pour les projections du secteur agricole. © Gabonreview

 

L’Organisation des nations unies pour l’alimentation (FAO), en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, a organisé ce lundi 23 octobre à Libreville un atelier sur l’élaboration des plans d’action dans ce domaine stratégique.

L’atelier de Libreville porte sur la planification et le suivi évaluation de politiques nationales de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNSAN) et des recommandations des assises sur la redynamisation de l’agriculture et du programme Graine, tenues en juillet 2017.

Les participants à l’atelier. © Gabonreview

Les travaux s’organisent autour de deux axes : le renforcement des capacités et l’élaboration des plans d’action. Le processus de planification stratégique réalisé à travers l’élaboration PNSAN et des résultats issus des assises de juillet 2017 ont ainsi fait l’objet d’un examen, afin de parvenir à une planification opérationnelle.

Si le ministre délégué à l’Agriculture a félicité le président de la République pour les efforts consentis dans ce secteur, illustrés par «une évolution des investissements», Patricia Taye Zodi a cependant relevé qu’en dépit de l’énorme potentiel naturel du pays, «le secteur agricole reste peu exploité et de nombreux défis sont à relever».

Une préoccupation qui fait de cet atelier une étape fondamentale dans la mise en œuvre du PNSAN et des recommandations des assises. Les conclusions des travaux devront « établir des projections en tenant compte des facteurs environnementaux et institutionnels identifiés», a indiqué Helder Muteia, coordonnateur du bureau sous régional pour l’Afrique centrale de la FAO.

Auteur : Alain Mouanda