Le Gabon souhaite booster ses exportations vers les Etats-Unis avant la fin de l’initiative AGOA fixé à 2025. Cette initiative donne accès au marché américain sans frais de douane et sans limitation de volume à un certain nombre de produits de l’Afrique subsaharienne.

Les opérateurs économiques gabonais en quête d’outils pour mieux attaquer le marché américain. © Gabonreview

 

Alors que le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, ne cesse de prendre des décrets pour annuler des projets et autres programmes des administrations antérieures, les autorités gabonaises nourrissent l’ambition de doper les échanges avec le pays de l’oncle Sam. Dans cette perspective, le ministère de la Promotion des investissements privés, en partenariat avec l’United states agency international development (USAID), a initié le 15 mars, un atelier de formation sur l’African growth and opportunity act (Agoa) et les conditions d’accès au marché américain, à l’endroit des entrepreneurs locaux.

Pendant près de 10 heures de temps, les participants ont été documentés sur les procédures douanières d’exportation sous Agoa, les conditionnalités sanitaires et d’étiquetage pour exporter sur le marché américain, la stratégie Agoa du Gabon et l’état des lieux, la stratégie d’utilisation Agoa ainsi que les outils méthodologiques.

© Gabonreview

«Notre mission première est d’accompagner les opérateurs économiques. Notre souhait est que plus de produits gabonais soient positionnés. Il nous reste encore 7 ans pour pouvoir bénéficier de cette loi. Notre intérêt est de booster les opérateurs économiques, les associés et les mettre en groupe pour que leurs produits soient visibles, car individuellement, ils ne pourront pas aller», a indiqué le directeur général du Commerce.

L’Agoa est un programme de préférence commerciale unilatérale, qui permet aux pays de l’Afrique subsaharienne d’exporter plus de 6400 produits sur le marché américain en franchise totale des droits de douane. «Au cours de cet atelier, nous avons essayé d’expliquer comment les entreprises gabonaises peuvent profiter de cette opportunité pour pouvoir fructifier leurs avoirs sur le marché américain», a déclaré le spécialiste AGOA, Kara Diallo, relevant que les pays de l’Afrique subsaharienne exportent dans le cadre de l’Agoa plus de 4 000 milliards de dollars sur le marché américain.

Eligible depuis mai 2000, le Gabon n’existe que par le commerce du pétrole et ses dérivés, avec des exportations de plus de 60 millions de dollars sur le marché américain.