La Cour des comptes du Gabon a doublement été récompensée au cours de la 14e assemblée générale de l’Organisation africaine des institutions supérieures de contrôle des finances publiques(Afrosai), tenue du 23 au 27 octobre 2017, à Windhoek en Namibie.

Le conseiller maître, responsable du service d’étude, de formation, des relations extérieures (Sefre), Alex Euv Moutsiangou. © Gabonreview

 

Les membres de la Cour des comptes du Gabon ont participé du 23 au 27 octobre dernier à Windhoek, en Namibie, à la 14e assemblée générale de l’Organisation africaine des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (Afrosai). Au cours de cette rencontre, le président de la Cour des comptes, Gilbert Ngoulakia, a été élevé au rang de président d’honneur de cette institution. Son collègue le magistrat Gira Ondzaga a obtenu le second prix scientifique de l’Afrosai édition 2017, doté d’une bourse de 1000 dollars.

L’annonce a été faite le 2 novembre, à la faveur d’un point presse animé par le conseiller maître, responsable du service d’étude, de formation et des relations extérieures (Sefre), Alex Euv Moutsiangou.

Selon le responsable du Sefre, l’Afrosai a essentiellement pour but de promouvoir et de développer les échanges d’idées et d’expériences entre les ISC des Etats africains dans le domaine du contrôle des finances publiques. Ce travail est notamment effectué au moyen des actions liées à la «réalisation d’études systémiques en matière de contrôle des finances publiques, d’organisation des séances de formation à l’intention du personnel chargé d’accomplir des tâches de contrôle. Cela en collaboration avec l’Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (Intosai) et ses groupes de travail régionaux, ainsi qu’avec d’autres organisations et institutions professionnelles dans le contrôle des finances publiques».

Les échanges de la capitale Namibienne entre les 54 pays membres de l’Afrosai ont tourné autour de la lutte contre les flux financiers illicites, la coopération entre les ISC et les juridictions pénales et l’adoption du principe de certification des comptes dès 2023 et le réajustement du plan stratégique 2015-2020 par rapport aux problèmes du moment.