Cette année, 92% des investisseurs internationaux réaffirment leur optimisme et renouvellent leur confiance quant aux perspectives économiques du continent à l’horizon 2023, selon le baromètre publié le 31 juillet 2018 par Havas Paris et l’Institut Choiseul.

92% des investisseurs internationaux sont optimistes sur l’Afrique. © Shutterstock

 

Les investisseurs sont-ils optimistes quant aux perspectives économiques du continent ? Quels pays jugent-ils les plus prometteurs ? Quels sont selon eux les secteurs clés en 2018 et à moyen terme ? À ces interrogations, 92% des investisseurs internationaux d’un panel de 55 des plus grandes institutions financières et bancaires interrogés réaffirment leur optimisme et renouvellent leur confiance quant aux perspectives économiques du continent à horizon 2023. Par ailleurs, 80% d’entre eux envisagent de renforcer leurs positions, selon le quatrième baromètre sur la perception des investisseurs internationaux de l’économie africaine à horizon 2023, réalisé par le cabinet Havas Horizon et l’Institut Choiseul.

«Pourquoi l’Afrique ? Parce que ce continent est un condensé, un laboratoire de tous les défis colossaux de l’humanité. Les enjeux y sont à la mesure des opportunités. C’est notre responsabilité d’entrepreneur que de connecter les innovations technologiques avec les besoins de l’économie réelle» estime, la PDG & fondatrice de Janngo, Fatoumata Bâ.

L’attractivité du continent Africain auprès des investisseurs et des grands groupes mondiaux, ne se dément pas. Le top 5 des pays les plus attractifs consacre cette année est composé de la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Nigéria, le Ghana et l’Afrique du Sud, évinçant du tableau l’Ethiopie et le Sénégal prisés l’an dernier. Les secteurs d’activité favoris demeurent, comme l’an dernier, les services financiers qui trustent cette année la 1ère place (23%), la grande distribution arrive naturellement en 2e position (16%) et l’énergie à la 3ème place. Curieusement, ce ne sont pas le secteur pétrolier ni celui des matières premières qui sont les plus dynamiques aux yeux des investisseurs.

«La croissance inclusive durable de l’Afrique soutenue par le dynamisme de sa jeunesse et sa participation à la croissance mondiale sera conditionnée par sa capacité à financer les projets, mais aussi à placer l’innovation comme la priorité de son développement dans tous les secteurs de l’économie», explique le directeur général d’Havas Horizons, Jean-Philippe Dorent.

Selon l’étude, 76% des sondés croient en l’émergence d’un modèle spécifique africain et 68% souhaitent renforcer leurs investissements dans ces secteurs. Le Kenya et l’Afrique du Sud sont, dans l’ordre, les premiers ciblés devant le Rwanda, le Nigéria et le Sénégal. Toutefois, si ces grands groupes, et entreprises sont convaincus que l’Afrique est devenue une terre d’innovation, 23% se plaignent de l’instabilité politique et 19% de la qualité du climat des affaires et de la corruption qui sont encore considérés comme des freins.