Le ministre des Affaires étrangères a rencontré le 9 janvier à Libreville, le bureau du Syndicat des agents du ministère des Affaires étrangères (SAAE) et l’ensemble des agents. Il s’agissait de trouver des voies et moyens pour des solutions durables aux problèmes identifiés au sein de ce département.

Le ministre des Affaires étrangères, Noël Nelson Messone, réussira-t-il à trouver des solutions à la crise aux AE ? © D.R.

 

Face aux grèves à répétition qui paralysent l’activité au ministère des Affaires étrangères, le ministre a réuni, le 9 janvier à Libreville, le bureau du Syndicat des agents du ministère des Affaires étrangères (SAAE) et l’ensemble des agents de son département.

Au cours de cette réunion, Noël Nelson Messone a insisté sur la nécessité d’un comportement exemplaire des fonctionnaires du secteur diplomatie. Pour le membre du gouvernement, les réponses et les solutions durables aux problèmes posés nécessitent du temps pour leur application.

En reconnaissant en effet que «la situation présente n’est ni acceptable, ni tolérable», il a rassuré les agents sur sa volonté de régler les problèmes de manière définitive. «Mon bureau demeure ouvert à ceux qui ont des propositions concrètes ou des pistes de solutions concourant à les résoudre», a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Etant donné que les difficultés se sont accumulées aux Affaires étrangères au fil des années, il a souhaité une autre approche pour leur résolution. Sur la question des primes par exemple, Noël Nelson Messone s’est demandé s’il ne valait pas mieux se recentrer, comme l’ont fait ses prédécesseurs, sur la grille de rémunération qui bénéficiera autant à la Centrale qu’aux services extérieurs.

En tant qu’ex-ambassadeur, il s’est souvenu avoir vécu certaines des situations décriées aujourd’hui, source des frustrations. Cependant, a-t-il indiqué, «les règles du corps auquel nous appartenons doivent induire un mécontentement mesuré». Il a ainsi invité les agents à lui faire confiance en tant que ministre, mais aussi en tant que membre de la «grande maison des Affaires Etrangères».

«Le Gabon va bientôt accueillir un pays ami (la chine, ndlr). Ne lui offrons pas ce genre de spectacle qu’il ne mérite pas», a-t-il exhorté. Raison pour laquelle il a proposé la mise en place d’un Comité de Suivi qui permettrait aux deux parties de travailler sur les dossiers en temps réel et qui, régulièrement informerait, l’administration et le bureau du syndicat de l’état d’avancement des démarches et actions entreprises.

Enfin, Noël Nelson Messone a demandé au bureau syndical de son département de mettre un terme à la grève à au sein du département. Une demande à laquelle le SAAE a promis d’étudier.