Le gouvernement envisagerait de délocaliser le ministère des Affaires étrangères à Batterie IV, dans le 2e arrondissement de Libreville.

Une vue des immeubles pressentis pour abriter les services du ministère des Affaires étrangères. © D.R.

 

Les agents du ministère des Affaires étrangères en grève depuis plusieurs mois seraient sur le point de marquer quelques points. C’est du moins de cette manière que l’on pourrait interpréter les dernières informations véhiculées par certains agents de ce département. A ce qu’il semble, le gouvernement envisagerait de délocaliser les services du ministère à Batterie IV.

Une vue des immeubles pressentis pour abriter les services du ministère des Affaires étrangères. © D.R.

Selon des sources proches du dossier, deux ou trois immeubles ont été identifiés dans ce quartier pour répondre aux besoins de ce ministère. L’objectif étant d’apporter un début de solution aux exigences du Syndicat des agents des Affaires étrangères, en grève depuis le début de l’année.

Dans leurs revendications, ces derniers dénonçaient la contamination à l’amiante du bâtiment, mais surtout sa vétusté qui n’offrait plus aucune commodité. Le circuit électrique, les conduites d’eau, les ascenseurs, les bureaux, tout avait subi l’usure du temps. Au-delà de leur prime et autres revendications, les syndicalistes demandaient également la délocalisation des services dans un autre bâtiment.

Construit en en 1977 dans le cadre du sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA devenue Union Africaine –UA-), l’immeuble des Affaires étrangères a été réaménagé à la fin des années 90 avec une partie du prêt canadien. Au début des années 2000, il a été réoccupé et sous le magistère de Jean Ping en tant que chef de la diplomatie, l’annexe, occupée depuis près de 7 ans, a été ajoutée sur fonds propres.