Annoncé depuis plusieurs mois sur nos pages web, après l’éviction de Aéroport Marseille-Provence, Olam-Gsez est officiellement, depuis le conseil des ministres du 21 juin dernier, le nouvel opérateur de l’aéroport international Léon-Mba.

© union.sonapresse

 

C’est donc Gsez Airport, l’une des filiales de la multinationale Olam, qui se voit attribuer la concession de gestion de l’aéroport international Léon-Mba de Libreville. Dans les tuyaux depuis six mois, l’information n’a été officialisée que le jeudi 21 juin lors du Conseil des ministres.

L’annonce officielle intervient neuf jours avant la fin, tout aussi officielle, de la concession accordée au précédent opérateur, Egis-Aéroport Marseille-Provence (AMP), qui sera resté en poste pendant 30 ans ! En janvier dernier, Estelle Ondo, alors ministre des Transports et de la Logistique, avait, la première, notifié au consortium Egis-AMP le non-renouvellement du contrat de concession le liant à l’Etat gabonais depuis 1988 dans le cadre de la gestion de l’aéroport de Libreville. Rassurant le personnel d’un effectif d’environ 105 personnes, Estelle Ondo avait alors précisé que «le décret du 5 octobre 1988 portant concession du service public sur l’exploitation de l’aéroport Léon-Mba encadre clairement la fin de cette concession pour garantir la continuité du service public concédé». En clair, «les emplois seront préservés», avait-elle annoncé, rassurant également «les partenaires ayant passé des contrats avec ADL sur le fait que ces contrats seront repris, conformément aux clauses du cahier des charges».

Pour rappel, Egis-AMP avait créé une joint-venture dénommée Aéroport de Libreville (ADL), pour la matérialisation de sa concession. Dans son projet global relatif à la reprise de l’aéroport international Léon-Mba, le nouvel opérateur se propose de construire un autre aéroport de type international dans les environs de la Zone économique spéciale de Nkok. Le projet de la route deux fois deux voies (2×2) PK5 – Ntoum est appelé à en faciliter l’accès dès la mise en service de celui-ci.

La multinationale Olam est déjà présente, au Gabon, dans les secteurs de l’agriculture et de l’agro-alimentaire, ainsi que dans le domaine portuaire avec la réalisation du New Owendo International Port (NOIP). Avec l’obtention de cette concession aéroportuaire, elle atterrit dans le secteur des transports aériens.