Apres l’expiration du délai de trois mois accordé au nouveau ministre pour trouver des solutions à leurs revendications, les agents du ministère des Affaires étrangères ont décidé, le 9 février au cours d’une assemblée générale, de déclencher une grève illimitée.

Les agents du ministère des Affaires étrangères au cours de l’assemblée générale, Libreville le 9 février 2017. © Gabonreview

 

Une grève illimitée a été enclenchée au ministère des Affaires étrangères ce 9 février. N’ayant rien obtenu au bout du délai de trois mois accordé au nouveau ministre  afin de trouver des solutions aux revendications contenues dans leur cahier de charges, les agents ont, au cours d’une assemblée générale, décidé d’observer un mouvement de grève illimitée.

« L’assemblée générale étant souveraine, elle a décidé d’entrer en grève. Parce que le nouveau ministre, Pacôme Moubelet, n’a pas pu trouver des solutions à nos revendications malgré le délai de trois que nous lui avons accordé », déclare Thierry Essam, le Secrétaire général du Syndicat des agents des affaires étrangères (SAAE).

Selon ce dernier, « les revendications portent sur le rétablissement de la prime de servitude diplomatique (PSD), l’amélioration de conditions de travail, la réparation des ascenseurs du ministère en panne depuis plus de 7 ans et la mise en circulation des bus de transport du personnel garés pour manque de carburant ». « Ces problèmes n’ont trouvé  aucune solution venant  du  nouveau ministre des Affaires étrangères, malgré le délai de trois mois qui lui été accordé », selon le Secrétaire général du SAAE.

Pour le président du SAAE, «les diplomates gabonais ne bénéficient plus de formations depuis plusieurs années, les primes de servitudes sont suspendues depuis 7 ans, le bâtiment du ministère présente des dangers liés à la santé du fait de la non ventilation», a déclaré Christian Boukandji.

Après avoir soumis ces problèmes à l’appréciation des agents du ministère, l’assemblée générale a décidé à l’unanimité de déclencher une grève générale illimitée jusqu’à la satisfaction totale de ces points. Une grève dont le piquet commence, selon les agents, le mardi prochain dès 7h 00.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga