Arrivé au terme de sa concession, l’ex-gestionnaire de l’Aéroport international Léon-Mba annonce la célébration, du 27 au 29 septembre, de son 30e anniversaire. Une façon de dire au revoir en beauté au Gabon.

Daniel Lefebvre (2e en partant de la gauche) et certains de ses collaborateurs, le 21 septembre 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

A l’Aéroport international Léon-Mba de Libreville, c’est bientôt l’heure des adieux. Mais en attendant la cessation effective de ses activités prévue le 5 octobre prochain à 24 heures, et la reprise de ses actifs par Olam-GSEZ Airports, Aéroport de Libreville (ADL) annonce  d’importantes festivités dans le hall de l’aérogare et en dehors, du 27 au 29 septembre. Il s’agira de la célébration du 30e anniversaire de la société, a annoncé Daniel Lefebvre, qui souhaite «une fête ouverte au public, voyageurs ou non».

«30 ans, c’est le bel âge, c’est la maturité dans la vie d’une entreprise comme la nôtre. On a donc besoin de les célébrer avec nos clients, nos salariés, les services de l’Etat et les différents partenaires qui nous ont permis de parvenir aux résultats que nous avons enregistrés depuis 1988», explique le patron d’ADL. Ce dernier rappelle au passage quelques chiffres pour mieux apprécier la contribution de sa boîte dans l’économie gabonaise et le bien-être des Gabonais.

Au Gabon, la filiale du groupe français Egis a, selon le directeur général, investi sans compter et toujours pour le bien du pays durant ces 30 dernières années. ADL revendique 40 milliards de francs CFA d’investissement divers. En 30 ans, la société a payé au total 33 milliards de francs au fisc. La certification de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) obtenue en 2017 pour l’Aéroport international Léon-Mba, une première en Afrique centrale, lui aurait coûté 2 milliards de francs.

Sur le plan social, Daniel Lefebvre dit également quitter le Gabon avec «le sentiment qu’ADL a accompli sa mission», d’autant que très peu de conflits ont été déplorés au sein de l’entreprise. Mieux, le DG qui assure qu’un dialogue social a toujours existé dans la boîte, rappelle que, dans le cadre de la cessation de ses activités, ADL a tenu à ce que ses salariés soient tous repris par le nouveau gestionnaire.

«Tous les 160 employés sont repris, avec les mêmes conditions salariales. Tous les droits ont d’ailleurs été payés pour certains et en passe de l’être pour d’autres salariés. 400 millions de francs ont été débloqués pour dire au revoir aux salariés, de même que 200 millions ont été mis à disposition par Olam-GSEZ Airports, qui seront répartis entre tous les personnels», assure Daniel Lefebvre.

Pour ce qui est des festivités marquant la célébration de son 30e anniversaire, ADL annonce des animations (danses, chants, humour, jeux concours) dans le hall de l’aérogare le 27 septembre et une cérémonie officielle avec la présence de membres du gouvernement au cours de laquelle aura lieu une remise de médailles du travail aux salariés comptabilisant 10 à 30 ans de service. La journée du 28 septembre sera marquée par une campagne de don de sang au sein de l’aérogare dès 9 heures par le CNTS, qui mobilisera 10 médecins. Un tournoi de football entre les différents partenaires de la plateforme aéroportuaire est également prévu ainsi qu’une soirée de gala «dédiée au personnel».