Le Rassemblement héritage & modernité (RH&M) voit dans les actes de vandalisme perpétrés au domicile de Michel Menga, à la fin du week-end dernier, une tentative d’intimidation qu’il attribue aux «milices à la solde du régime».

Michel Menga M’Essone, le secrétaire général du RH&M. © D.R.

 

Dans la nuit du 24 au 25 juin, des individus se sont introduits au domicile de Michel Menga M’Essone, le secrétaire général du RH&M, «munis de bidons d’essence et cocktail Molotov qu’ils ont aspergés dans la partie garage de l’habitation endommageant ainsi des véhicules au parking». Selon Alexandre Barro Chambrier, «l’objectif de ces voyous était que le feu se répande dans toute l’habitation où se trouve toute la famille». Si l’incendie a rapidement été circonscrit, le parti n’a pas manqué de désigner un coupable : le régime en place, qui tenterait d’instaurer un climat de terreur dans le pays. «Avec cet acte de trop, le peuple gabonais découvre le visage réel des tenants de ce pouvoir, des petites gens, sans cœur, sans principe de vie et sans valeurs, qui choisissent d’assassiner leurs propres concitoyens.»

Les deux véhicules du SG de RH&M après le passage des vandales. © D.R.

Seulement, face à ce qu’il perçoit comme une tentative d’intimidation à l’encontre de ses compagnons, le président du RH&M a fait savoir que «ce forfait» n’entamera ni la détermination ni l’engagement de son parti, dont l’offre politique, a-t-il dit, est «résolument moderne pour permettre au pays de faire face aux attentes de sa population de mettre un terme à la mauvaise gouvernance». «Nous affirmons haut et fort que nous ne reculerons jamais. Loin d’entamer notre détermination, de tels actes odieux, ignominieux ne font que renforcer notre volonté de mettre un terme à ce régime, à ce système, à cette chienlit qui frappe des personnes innocentes», a déclaré Alexandre Barro Chambrier, le 25 juin, tout en mettant en garde les auteurs et les commanditaires de ces actes de vandalisme : «Vous avez, messieurs les nervis, cru pouvoir secouer le buisson, il va falloir vous préparer à en assumer toutes les conséquences.» Dans un post sur la page Facebook du parti, on peut également lire : «Nous connaissons aussi chez vous…»

Créé officiellement lors de son congrès constitutif du 1er mars 2016 par plusieurs députés démissionnaires du Parti démocratique gabonais (PDG), le Rassemblement héritage & modernité a soutenu la candidature de Guy Nzouba Ndama à la présidentielle du 27 août 2016. Le parti est membre de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) réunie autour de l’opposant Jean Ping.