Désormais le Fonds national forestier pourra bénéficier du soutien du Fonds de développement sino-africain, avec lequel il a signé une convention, le 6 août courant à Libreville.

Les officiels lors de la cérémonie. © Gabonreview

Les officiels lors de la cérémonie. © Gabonreview

 

En vue de créer un cadre de coopération en faveur du secteur forêt-environnement, le Fonds forestier national et le Fonds de développement sino-africain ont conclu un accord-cadre le 6 août courant à Libreville. Cette convention porte essentiellement sur la recherche d’opportunités d’investissement au Gabon, les financements ainsi que les garanties d’investissement et de participation ainsi que l’échange d’informations. Selon le ministre de la Forêt, la mise en œuvre de cet accord contribuera aux objectifs du gouvernement en matière d’industrialisation, de professionnalisation et de mise aux normes des opérateurs de la filière forêt-bois. «L’un des volets ambitieux du partenariat qui se crée est de soutenir la création d’emplois par l’aide aux petites entreprises du segment industriel de la filière, qui représentent les ¾ des opérateurs», a expliqué Noël Nelson Messone. Pour lui, ce partenariat permettra surtout d’améliorer «l’offre de financements aux PME/PMI de la filière, de développer les segments des PME/PMI bancables et d’apporter une assistance technique aux banques pour mieux évaluer les PME/PMI».

Echange de documents entre les responsables des deux fonds. Et, la photo de famille. © Gabonreview

Echange de documents entre les responsables des deux fonds. Et, la photo de famille. © Gabonreview

A travers ce partenariat, le Fonds de développement sino-africain entend jouer un rôle actif dans la promotion de la coopération économique et commerciale entre la Chine et le Gabon. Il s’agira d’amener plus d’entreprises chinoises à investir au Gabon. A ce titre, sa directrice au Gabon a rappelé que les projets financés par cet organisme couvrent 35 pays africains, pour 23 milliards de dollars (environ 11 500 milliards de francs). Cet organisme de financement est actif au Gabon depuis sa création. Il y soutient des projets d’investissement. «En 2014, nous avons ainsi réussi à acquérir une société forestière au Gabon, comprenant une concession forestière et des unités de transformation, et nous avons entrepris des travaux d’expansion du projet afin d’augmenter de façon significative sa capacité de production», a laissé entendre Jin Guangze, rappelant : «Cet investissement est non seulement le premier (…) du Fonds de développement sino-africain au Gabon, mais aussi le premier projet dans le domaine forestier». C’est pourquoi, elle a dit compter sur «le fonds forestier national du Gabon, (les) établissements bancaires de place ainsi que (les) autres opérateurs du secteur forestier pour le bon fonctionnement de ce projet».

Créé en 2007, le fonds de développement sino-africain est le premier fonds d’investissement par actions orienté vers les investissements en Afrique. Société à responsabilité, il est doté d’un capital de 3 milliards de dollars (environ 1 500 milliards de francs). C’est donc un partenaire stratégique pour le Fonds forestier national qui a besoin de renforcer sa capitalisation à travers les partenariats pour mieux jouer son rôle. Créée en 2010, le Fonds forestier national a pour mission de soutenir les programmes et projets dans divers domaines, notamment la gestion et l’aménagement durable des forêts, le soutien aux industries et au commerce du bois, la valorisation des produits forestiers, ou encore la promotion des aires protégées et des écosystèmes aquatiques.