La Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag) a annoncé, mardi 26 juin, son intention d’investir près de 10 milliards de francs CFA pour prévenir les accidents sur la voie ferrée.

Setrag lance bientôt la construction des passerelles à Owendo, Ntoum et Lastoursville. © D.R.

 

Quinze millions d’euros, soit plus de 9,8 milliards de francs CFA. C’est le montant que la Setrag, filiale du groupe français Eramet, se dit prête à investir au Gabon pour minimiser les risques de nouveaux accidents sur la voie ferrée. L’annonce, relayée par le site Directinfosgabon.com, a été faite mardi 26 juin à Owendo. Celle-ci intervient huit jours après la visite du vice-président de la République sur le pont métallique vieux de 40 ans qui enjambe la voie ferrée dans la zone dite Owendo-Portvieillissant, et quatre mois après la signature par le gouvernement gabonais, en février 2018, d’un décret relatif à la construction des passages à niveau sur les 600 km de la voie ferrée, visant à prévenir les accidents.

S’il y a quatre mois Setrag et le gouvernement gabonais précisaient que la construction des passages à niveau sera financée par l’Agence française de développement (AFD), les 9 milliards qu’entend dégager l’exploitant du Transgabonais serviront à la construction de passerelles. Quatre sites prioritaires ont été identifiés : deux à Owendo, une à la gare de Ntoum et une autre à la gare de Lastoursville. L’objectif de la société est de doter toutes les gares ferroviaires du pays de passerelles d’ici à 2020.

La construction de ces passerelles, livrables dès le 3e trimestre de 2019, permettra aux usagers des gares ou aux populations habitant les zones environnantes de traverser les rails sans courir de risque.