Au sortir de la réunion de la revue à mi-parcours organisée le 19 Avril à Bitam, Aaron Obame Zeng, président du Collectif des populations des villages impactés par le projet d’hévéaculture d’Olam Rubber dans le département du Ntem, a été interrogé sur les avantages sociaux promis par la multinationale singapourienne.

Gabonrewiew : Il nous est parvenu que vous venez d’organiser une réunion avec vos collègues du Haut Ntem. De quoi était-il question ?

Aaron Obame Zeng : Je vous remercie de l’occasion que vous m’offrez pour parler de nos activités. En effet, conformément aux mandats que les populations des villages impactés par le projet d’hévéaculture d’Olam Rubber dans les départements du Ntem et du Haut Ntem nous ont confié, quatre et six mois après les signatures respectives des contrats à portée sociale du Haut Ntem et Ntem, nous avons trouvé opportun de nous réunir non seulement pour faire une évaluation sur le niveau de mise en œuvre des plans sociaux mais aussi pour discuter et prendre position sur certains sujets d’actualités concernant cet important projet.

Quel bilan faites-vous aujourd’hui ?

Comme vous le savez déjà, nos plans sociaux sont articulés autour de trois volets : la mise en place et la réhabilitation des infrastructures sociales de base, l’embauche prioritaire à compétence égale et l’appui à la mise en place des activités génératrices des revenus des populations locales.

Concernant le volet mise en place et la réhabilitation des infrastructures sociales de base, nous notons avec satisfaction les avancées enregistrées dans les domaines de l’électrification solaire publique, de l’hydraulique villageoise et de la réhabilitation des routes et le bon début du programme santé.

A propos d’électrification solaire publique, on note que les panneaux solaires ont été installés dans tous les villages bénéficiaires du département du Ntem. Le programme se poursuit avec une vitesse appréciable dans le département du Haut Ntem où plus de 75 % des villages bénéficiaires ont déjà  été pourvus en panneaux solaires.

Pour ce qui est de l’hydraulique villageoise, les pompes ont été installées dans la quasi-totalité des villages bénéficiaires du Ntem. Et, comme dans le cas de l’électrification solaire publique, le programme se poursuit avec une vitesse appréciable dans le Haut Ntem où plus de 60 % des villages bénéficiaires ont déjà été pourvus de pompes hydrauliques.

En ce qui concerne, le programme de réhabilitation des routes. Les routes suivantes sont déjà réhabilitées : Bitam-Okok, Okok-Melo’o, Ongogo’o-NEB et Okok-Ongogo’o. Toutes ces routes sont actuellement praticables en toute saison. Les routes suivantes sont en cours de réhabilitation : Melo’O-Bikodom-Akoulzok, et NEB-Nkolayop. Le pont sur la Nye qui ouvre la route Ongogo’o-Azombé-Bolossoville sera bientôt livré.

Enfin dans le domaine de la santé, le programme vient juste de débuter par la réhabilitation totale du dispensaire d’Okok, la dotation d’un important lot de médicaments, l’affectation d’un infirmier par l’administration et la mise à disposition par le groupe Olam d’un médecin chargé de faire des consultations hebdomadaires.

Concernant le volet embauche prioritaire, il est effectif et concerne aussi bien le personnel d’exécution que le personnel d’encadrement. Pratiquement tous les jeunes des villages ont trouvé de l’emploi. Par ailleurs, plusieurs employés jusque-là en CDD vont voir leur contrat se transformer en CDI. Nous saluons cette démarche qui sécurise l’employé et rompt avec les pratiques de certains opérateurs qui se contentent de ne proposer que des contrats de prestataires qui ne garantissent pas et exposent le contractant à un avenir cauchemardesque au moment de la retraite.

Enfin concernant le volet «appui à la mise en place des activités génératrices des revenus des populations locales», la phase préparatoire est déjà engagée. L’équipe sociale d’Olam appuie les populations dans la mise en place des structures associatives et de production (Associations villageoises, groupements de producteur, groupements d’intérêt économiques) et les différents mécanismes d’appui, d’encadrement et de financement de ces activités sont en cours de finalisation.

Peut-on dire que le bilan est positif ?

Effectivement les deux collectifs se sont déclarés satisfaits du niveau de réalisation actuelle des deux plans sociaux en un temps aussi court. D’ailleurs nous encourageons Olam Rubber à poursuivre sur cette lancée pour que les objectifs des premiers contrats sociaux soient rapidement atteints.

Un message à lancer ou une conclusion ?

Au vu des premiers résultats enregistrés dans le cadre de mise œuvre des plans sociaux , nous sommes actuellement confrontés aux multiples demandes et sollicitation des villages non impactés, je profite de l’occasion que vous m’offrez pour demander au groupe Olam d’étendre les activités d’encadrement, en ce qui concerne les activités génératrices de revenus, au niveau des villages environnants voire dans tous les autres villages des départements du Ntem et du Haut Ntem.

 

Aaron Obame Zeng. ©Gabonreview

Aaron Obame Zeng. ©Gabonreview