Représentante du Gabon en Photographie aux 8es Jeux de la Francophonie, la jeune artiste a été abordée, le 24 juillet 2017 à Abidjan, juste après le passage devant son stand du ministre d’État en charge de la Culture et des Arts, Alain-Claude Bilie-By-Nze. Interview express.

Emmanuelle Natacha Laté, avec le ministre d’État en charge de la Culture et des Arts, le 23 juillet 2017, à Abidjan. © Gabonreview

 

Deux photos de l’artiste. © Gabonreview

Gabonreview : Ces œuvres ont-elles été ramenées du Gabon ?

Emmanuelle Natacha Laté : Oui. La compétition de photographie s’est faite en deux phases avec les œuvres que nous ramenons de nos travaux dans nos différents pays, et d’autres produites sur place. Nous sommes au niveau de la première phase et nous allons devant le jury. La seconde phase interviendra en milieu de semaine prochaine avec la présentation d’œuvres fraiches.

Qu’avez-vous ramené du Gabon ?

J’ai ramené quatre photos sur l’Assemblée nationale, au lendemain des évènements postélectoraux.

Pourquoi l’Assemblée nationale ?

Ce sont des images que j’ai affectionnées, car il y a un bon contraste entre le côté destruction-dégradation. Et je pense avoir sublimé cela, pour qu’en sorte quelque chose de bon.

Pourquoi ce choix de couleurs, noir et blanc ?

J’ai une préférence pour le noir et blanc. Mais là je n’ai pas énormément traité les couleurs. Puisque par rapport à l’incendie, c’est quasiment noir et blanc au moment où je suis passée.

Que faites-vous habituellement dans la vie ?

Je suis architecte de formation. La photographie est une passion.