Les présidents des coordinations de campagne du candidat Jean Ping ont annoncé le 28 février 2018, à la résidence de l’ancien président de la commission de l’Union africain, la création du mouvement «Refus citoyen».

Capture d’écran du porte-parole des coordinations de campagne du candidat Jean Ping, Noël Bourobou Epembia. © Gabonreview

 

Les choses sont claires pour les présidents de coordination de la campagne de Jean Ping. Ils n’iront pas aux élections législatives. Ils ont annoncé le 28 février, en présence des membres de la Coalition pour la nouvelle République, leur refus catégorique à prendre part au renouvellement des locataires du palais Léon Mba. Pour ces derniers, une posture contraire serait «légitimée le pouvoir d’Ali Bongo».

Pour espérer peser sur cette échéance électorale, ces soutiens de Jean Ping ont mis en place une organisation dénommée « Refus citoyen ». Celle-ci vise deux objectifs à savoir : refuser la tenue des prochaines élections législatives en les empêchant par tous les moyens et poursuivre la résistance jusqu’à la victoire qui sera consacrée par l’investiture officielle du candidat consensuel de l’opposition à la dernière présidentielle Jean Ping à la magistrature suprême. Le mouvement appelle tous ceux qui ont voté Jean Ping à rejoindre ses rangs.

«Nous appelons les populations gabonaises qui ont voté pour Jean Ping et aspirent à l’avènement prochain de la nouvelle République à rejoindre au mouvement citoyen refus citoyen enfin d’empêcher la légitimation officielle de la forfaiture d’Ali Bongo au moyen des élections législatives et nous leur exhortons à poursuivre le combat de la résistance jusqu’à l’investiture de Jean Ping», déclare le Porte-parole du mouvement, Noël Bourobou Epembia. Pour ce dernier, il s’agit de lutte pour la «libération du Gabon et la victoire finale».