Dans le cadre de la sensibilisation sur la drépanocytose, le célèbre DJ gabonais du «No Stress» à Libreville a lancé, lundi 13 novembre, son nouveau défi : mixer non-stop pendant 50 heures en direct sur la radio Urban FM.

DJ Fleo, en plein mix, le 13 novembre 2017 à Urban FM (Libreville). © Gabonreview

 

Il ne sera pas à son premier coup. En février 2016, à l’occasion de la célébration de son 40e anniversaire de naissance, DJ Fleo s’était déjà lancé un défi avec son concept baptisé «forty-forty» : «inonder les ondes» de la radio Urban FM avec un mix ininterrompu de 40 heures. Un défi «parfaitement relevé et ayant eu un franc succès sur le plan national et international», assure Gina Nzengue, animatrice et membre du directoire de la radio urbaine locale. Depuis ce lundi 13 novembre à 10 heures, rebelote ! Le célèbre disc-jockey ayant fait ses débuts en 2006 a pris à nouveau d’assaut les platines de la même radio. Mais cette fois, celui qui officie aux côtés du rappeur Franck Ba’ponga depuis des années, entend faire plus et mieux. A travers le nouveau concept «fifty-fifty», il compte «mixer pendant 50 heures sans interruption et en direct».

Mais pour son deuxième défi, DJ Fleo, lui-même responsable d’une association, «Hip hop sans frontières», l’a lancé en collaboration avec l’Association Drecy, qui œuvre dans la sensibilisation sur la drépanocytose.  «Il s’agit de montrer que la musique est à la fois festive et thérapeutique, donc de prouver qu’on peut faire la promotion de la musique tout en faisant d’elle une arme sociale. Nous pouvons combattre une maladie par la musique», a justifié le disc-jockey entre deux scratchs.

Au sein de l’Association Drecy, on ne manque pas d’apprécier l’intérêt porté par DJ Fleo pour cette maladie héréditaire encore mal connue du public, qui l’associe à d’autres maladies. «La drépanocytose est une maladie génétique, liée aux globules rouges. Elle n’est pas contagieuse par le toucher, contrairement à ce que certains pensent. Elle est plutôt transmise à un enfant par ses parents. Elle est donc héréditaire, et malheureusement, il n’existe encore aucun traitement contre cette maladie pour le moment. N’empêche, si on la connaît bien, on peut bien vivre tout en l’ayant», a rappelé Rane Fiticia Banave, présidente de l’Association Drecy.

Pour l’ancien footballeur Stéphane Bounguendza, parent d’un enfant atteint de la maladie, l’apport de DJ Fleo à la sensibilisation sur la drépanocytose est «inestimable». D’autant qu’à travers son initiative, plusieurs centaines de personnes seront informées. Ce qui, croit le coach, permettra d’en finir avec les préjugés sur cette maladie.

Jusqu’au mercredi 15 novembre prochain à 12 heures, DJ Fleo sera sur ses platines, toutes ses pauses se feront pendant le temps des morceaux joués. Le DJ n’aura pas beaucoup de temps de sommeil, et assure qu’il n’utilisera pas de playlist pour l’aider. «Un huissier de justice sera présent pour valider ce nouveau record», a informé Gina Nzengue.