Espace d’échanges et de partages, entre acteurs, sur les perspectives offertes par les outils numériques, la 4e édition du Forum des associations se tiendra les 11 et 12 prochains à Libreville.

© static.latribune.fr

 

Les questions gravitant autour du «Développement et numérique» seront au centre de la 4e édition du Forum des associations, les 11 et 12 prochains à Libreville, à l’Institut français du Gabon (IFG). Organisé par le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France au Gabon, cet événement se veut ainsi un espace d’échanges et de partages entre acteurs sur les perspectives offertes par les outils numériques.

En effet, le Gabon présente un environnement particulièrement favorable : la couverture réseau est importante et appuyée par le développement continu de la fibre optique, plusieurs incubateurs existent et différentes initiatives en appui aux jeunes développeurs sont en cours. Sauf que les Organisations de la société civile (OSC) n’ont pas encore complètement accès aux dernières dynamiques et innovations numériques en matière de santé, éducation, économie solidaire, accompagnement social, etc.

D’où l’organisation du Forum des associations, dont la finalité est de «répondre aux préoccupations d’une société civile active dans la sphère du développement, et intéressée en tant que consommatrice de produits numérique développés en appui à son activité», explique l’organisation.

Le forum, qui s’adresse également aux jeunes développeurs rassemblés en associations et/ou incubateurs, se déclinera en trois temps avec, en premier lieu, une «introduction». Celle-ci permettra de souligner le caractère indispensable de la maitrise des technologies numériques pour la conduite des projets de développement. Il s’agira également de mettre en relief le fait que le numérique offre de nouveaux outils de gestion et d’aide à la décision simples, utilisables par chacun.

En deuxième temps, le programme prévoit des «échanges», autour des applications ou solutions développées au sein de structures gabonaises, françaises et du monde francophone. Par ailleurs, indique l’organisation, «des outils pratiques, simples d’utilisation, seront mis à disposition des participants dans les domaines de la gouvernance, de la gestion financière et comptable, de l’ingénierie de projets et de la stratégie, planification».

Enfin, un «concours» sera organisé à l’occasion de ce forum. Il s’agira ici de développer une plateforme d’échanges entre acteurs non gouvernementaux et partenaires techniques et financiers. Ce concours s’appuiera sur un cahier des charges synthétisant les attentes des différentes parties. Plusieurs équipes, issues des incubateurs gabonais de référence et regroupant a minima un codeur, un marqueteur et un développeur, seront invitées à proposer une solution répondant au cahier des charges.

Par-dessus tout, des invités issus du monde associatif susceptibles de favoriser des échanges et de proposer des opportunités à la société civile gabonaise, prendront part à ces travaux.