Après l’adoption, le 23 décembre dernier, d’un décret définissant les critères pour l’importation des véhicules d’occasion de plus de trois ans, le ministre des Transports, veut évacuer au plus vite la première cargaison retenue à la douane.

Illustration. © largus.fr
Illustration. © largus.fr

 

Le ministre des Transports veut aller vite et se débarrasser dans les meilleurs délais de l’encombrant dossier relatif à l’interdiction d’importation de véhicules d’occasion de plus de trois ans, qui n’a que trop suscité colère et désappointement des populations. Aussi, après l’adoption, le 23 décembre dernier, d’un décret définissant les «nouveaux» critères d’importation, Paulette Mengue m’Owono a souhaité évacuer au plus vite le premier stock de véhicules retenus depuis plusieurs mois par l’administration des douanes.

Pour ce faire, dans un communiqué rendu public le 3 janvier courant, elle a appelé ces derniers à satisfaire «aux opérations de dédouanement et à l’enlèvement» de leurs véhicules stockés aux ports d’Owendo et de Port-Gentil. On est bien loin des critiques qu’elle a essuyées depuis l’annonce de l’interdiction. Cette opération devrait s’achever en avril au plus tard. Si cet appel est plus ou moins bien reçu par de nombreux propriétaires s’étant acquittés des frais d’acconage, de transit et de douane, il reste aux administrations concernées à mettre en place un meilleur dispositif afin de la mener à bien, et dans le respect des délais.

Quand on connaît la lenteur traditionnelle de l’administration, rien n’est moins sûr. Pourtant, le ministère des Transports semble confiant quant à l’aboutissement de cette opération, qui lui permettra enfin de boucler ce dossier et de passer à autre chose.