Deux semaines après l’annonce par le président de la République de l’exonération temporaire de cotisations sociales pour les employeurs, sur instruction du chef du gouvernement, au ministère du Budget et des Comptes publics une réflexion a été lancée pour la mise en pratique effective de cette mesure censée répondre à la question de l’emploi au Gabon : «une absolue priorité» pour les autorités.

Jean-Fidèle Otandault, le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics. © D.R.

 

Depuis le 1er janvier, au Gabon, pour une à trois embauches, les patrons d’entreprise bénéficient jusqu’à 100% d’exonération temporaire de cotisations sociales. La mesure annoncée le 31 décembre 2017, par Ali Bongo, est censée résoudre le problème du chômage dans le pays, et vise à créer 10 000 emplois chaque année. Comme le président de la République, Jean-Fidèle Otandault y voit «une absolue priorité». Avec ses collaborateurs, le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics dit avoir lancé ces derniers jours une réflexion sur la faisabilité de cet objectif qui, en réalité, n’est pas nouveau pour le gouvernement. Il apparaissait déjà dans le Plan de relance économique (PRE) entériné à l’issue du Conseil des ministres du 19 mai 2017, qui tablait sur la création de 30 000 emplois jusqu’en 2019.

S’il s’est gardé de reconnaître que l’objectif de 10 000 emplois n’a pas été atteint en 2017, mardi 16 janvier, sur sa page Facebook, le 16 janvier, Jean-Fidèle Otandault a laissé entendre que tout est mis en œuvre en vue d’y parvenir en 2018. Pour ce faire, conformément au plan établi à l’issu du Conseil des ministres du 10 janvier, au sein du ministère dont il a la charge, l’on réfléchit déjà sur «la définition du mécanisme de compensation des charges sociales (et) l’adoption des textes législatifs et réglementaires». Une «concertation des ministres concernés avec le patronat gabonais» sur le sujet est également en préparation sur instruction du chef du gouvernement.

«Le ministère dont j’ai la charge a déjà entamé les travaux relatifs au volet budgétaire des projets : les opérations d’estimation de coûts, le plan de réajustement budgétaire, l’examen avec les administrations sectorielles des modalités de prise en charge par l’Etat de la mesure d’exonération temporaire de cotisations sociales ou encore les études des modalités procédurales», a écrit le membre du gouvernement sur sa page Facebook, assurant que la faisabilité des autres mesures annoncées par le président est également sur la table de réflexion à son ministère.

Pour Jean-Fidèle Otandault, cette mesure liée à la création d’emplois vise un but : «améliorer le bien-être des Gabonaises et des Gabonais».